Hydrologie

La majeure partie du bassin de fleuve est constituée des roches perméables, dont la capacité d'absorption atténue le risque d'inondations de fleuve. La précipitation dans tout le bassin est modeste, généralement 25 à 30 pouces (650 à 750 millimètres), et est également répartie sur l'année comme pluie, avec la neige peu fréquente excepté sur les marges méridionales et orientales plus élevées. L'Yonne-unique parmi les tributaires en étant dérivé des montagnes imperméables et cristallines, où il y a également considérable neige-aussi d'hiver a la plus grande influence sur le régime de la seine (écoulement) en raison de la grande variabilité de son écoulement ; mais la seine est la plus régulière des fleuves principaux de la France et le plus naturellement du navigable.

De temps en temps le niveau d'été est considérablement réduit (comme en les étés de 1947 et de 1949), mais les bancs de sable qui sont si typique du Loire n'apparaissez pas. La basse eau est encore masquée par la régularisation du fleuve qui a été effectué pour améliorer son navigability. Les inondations d'hiver sont rarement dangereuses, mais en janvier 1910 les précipitations particulièrement lourdes ont fait monter le fleuve au-dessus de 28 pieds à Paris, inondation que le bas-mensonge étendu divise le long de son boucle antique de méandre (le Marais).

Pour assortir ce niveau élevé il est nécessaire d'aller de nouveau à février 1658 ; mais en janvier 1924 et également en janvier 1955 le fleuve s'est encore levé à plus de 23 pieds à Paris. L'écoulement moyen à Paris est environ 10.000 pieds cubes (280 mètres cubes) par seconde, par rapport au taux de 1910 inondations environ de 83.000 et aux 1947 et 1949 minimum environ de 700.

try here for UK small cash loans